La journée suisse du patrimoine religieux

Objectif

La journée suisse du patrimoine religieux est consacrée aux enjeux actuels en lien avec les églises en Suisse. Dans le cadre d’une conférence bisannuelle, elle favorise le dialogue entre les représentants de l’Église, les représentants de la conservation des monuments historiques et le public.
 
En moyenne, les églises sont rénovées chaque trente ans. Dans la plupart des cas, il s’agit de rénovations et de transformations plus ou moins importantes, qui permettent d’adapter les espaces aux nouveaux besoins liturgiques mais également esthétiques. Aujourd’hui cependant, on réfléchit de plus en plus à la manière dont les églises, les maisons paroissiales et les presbytères pourraient être utilisés à des fins élargies ou s’ils devraient être vendus ou démolis.
 
Les paroisses sont responsables des biens immobiliers de l’Église ainsi que de la conservation des monuments classés comme monuments historiques. L'Église et la conservation des monuments historiques abordent les projets de reconstruction avec des ordres différents. Les églises ont pour mission de rester une Église vivante tout en considérant leurs 2000 ans d’existence. Elles évaluent les projets de construction d’un point de vue présent et futur. La tâche qui incombe aux conservateurs des monuments est de s’assurer que l’histoire de notre société reste lisible à long terme à travers leur activité de construction. Les projets de construction sont considérés de manière à préserver la mémoire culturelle.
 
Afin que les responsables des églises et de la conservation des monuments puissent collaborer, il est essentiel qu’ils connaissent et comprennent leurs tâches et leurs préoccupations respectives. La journée suisse du patrimoine religieux propose un forum de dialogue neutre. De plus, c’est une plate-forme d’échanges de questions, de savoir-faire et de visions qui va au-delà des frontières cantonales et confessionnelles. Cette journée permet également à un public plus large de participer au dialogue et à l’échange. Cela se passe dans la conviction que les églises sont des édifices qui en fin de compte appartiennent au public.